Minimum Vital

Rock Progressif depuis 1982

Ovation Celebrity 6/12 (2009)

Ovation Celebrity 6/12

Ovation Celebrity 6/12

Ovation Celebrity 6/12

Ovation Celebrity 6/12

Lorsque nous avons décidé en 2009, juste après la sortie de Capitaines, de monter une nouvelle version scénique de Minimum Vital en format trio, j’ai établi immédiatement un changement radical au niveau des guitares. J’ai décidé d’une part de revenir aux sources de l’instrument en jouant exclusivement acoustique, d’autre part de n’emmener sur scène qu’une seule guitare qui soit suffisamment fiable pour soutenir le trio. Il me fallait un instrument à chœurs (afin de disposer d’une richesse harmonique conséquente) qui soit capable de prendre la place soliste d’une guitare électrique, tout en pouvant être transposé rapidement dans tous les tons pour suivre les changements fréquents de tonalité entre les morceaux. L’électro-cistre ne pouvait convenir, à cause d’un manche relativement fatigant pour la main gauche et trop large pour pouvoir supporter un capodastre.
En réfléchissant, je me dis qu’il me fallait deux guitares : une 6 cordes folk dynamique et une 12 cordes puissante pour les morceaux demandant une couleur plus modale. Comme je ne voulais n’emmener sur scène qu’une seule guitare, la solution s’est imposée d’elle-même : la double manche ! Je savais qu’Ovation avait fabriqué un tel modèle pour Jimmy Page, qui l’avait utilisé lors de sa mythique tournée 1994 avec Robert plant. J’avais eu une expérience plutôt décevante avec les doubles manches aux débuts du groupe, avec l’Aria Pro II, mais j’avais depuis acquis, osons le dire, un peu de maturité ainsi qu’une expérience des instruments traditionnels grâce à Vital Duo.

J’ai donc fait en été 2009 l’acquisition de cette superbe Celebrity Ovation qui, par chance, était encore disponible et s’est révélée parfaite pour notre projet. La première qualité de cette guitare est sa puissance et sa clarté. C’est le son Ovation, on aime ou on n’aime pas, mais on a clairement ici une guitare acoustique pouvant passer par-dessus une batterie avec un son brillant, jamais agressif. Sa deuxième qualité est son incroyable facilité de jeu. Je n’ai en effet jamais joué d’une 12 cordes si peu fatigante pour les doigts (en employant bien sûr un tirant adapté très light). Elle est de surcroît très fiable au niveau justesse et tenue d’accords, permet toute les transpositions en un clair d’un d’œil avec un bon capodastre (style Shubb). Si elle manque peut-être un peu de chaleur et n’est pas très adaptée au studio, c’est par contre l’instrument acoustique idéal pour la scène, et elle a grandement contribué à la couleur du trio. Inutile de dire que par la suite, je n’ai évidemment pas tenu mon pari de me contenter d’une seule guitare sur scène et que, mes vieux démons prenant le dessus, je n’ai pu m’empêcher d’emmener une véritable cargaison d’instruments en concert… on ne se refait pas !
Une dernière réflexion par rapport aux 12 cordes en général, (qui n’intéressera bien sûr que les guitaristes). Avez-vous remarqué comment les cordes sont montées sur une 12 cordes ? Au niveau des cordes graves, la corde aigüe (à l’octave) est toujours placée avant la corde grave. C’est pour moi une aberration ! En effet, lorsque vous attaquez une basse sur une 12 cordes, il me semble qu’il est plus logique d’entendre d’abord la corde grave et ensuite l’octave, (surtout si vous jouez aux doigts). Or, les constructeurs s’obstinent à monter la corde aigue du chœur avant la basse, ce qui selon moi fausse le jeu. C’est pourquoi je monte toujours les cordes basses d’une douze cordes (Mi La ré) avec la corde grave basse placée devant l’octave. Cette Ovation n’a pas fait exception à la règle et c’est…ultra efficace !


Saladin, Live à Mussonville