Minimum Vital

Rock Progressif depuis 1982

Harley Benton RB-612CS electric 12

Harley Benton RB 612CS

Harley Benton RB 612CS

Jean-Luc avec la Harvey Benton

Jean-Luc avec la Harvey Benton

Il n’est parfois pas nécessaire de payer le prix fort pour disposer d’une excellente guitare. La preuve avec cette 12 cordes électrique dont j’ai fait l’acquisition en 2014 pour la modeste somme de… 220 euros. Voulant revenir depuis quelques temps vers la guitare électrique, j’avais envisagé l’achat d’une 12 cordes électrique pour contrebalancer avec ma Gretch G5420T, et disposer ainsi de la richesse harmonique naturelle de cordes doublées, mais dans un contexte électrique.

Or, un ami m’avait très gentiment prêté, en vue d’un concert, une 12 cordes électrique de grande classe, rien moins que la fameuse Rickenbacker 620/12 FG que j’avais utilisée avec plaisir sur le morceau En Castille. Ma bourse ne me permettant pas l’achat de cette Rickenbacker (son prix avoisine en effet les… 2000 euros), j’ai donc recherché la 12 cordes électrique la moins chère du marché et je suis tombé sur cette sympathique petite guitare Harley Benton. Difficile de trouver meilleur rapport qualité prix que ce modèle !

Le son est très bon, que ce soit en son clair d’accompagnement, sur des distos légèrement crunchy et même sur des sons bien juteux avec de longs sustains.

Le manche est de surcroît confortable, l’instrument incroyablement léger et donc très agréable à jouer. En prime le look rappelle, avec un brin de malice, la fameuse Rickenbaker 620/12 FG (à tel point qu’on la confond de loin avec sa prestigieuse aînée !). Alors, c’est le bonheur ? Pas tout à fait puisque, disons-le d’emblée, cette guitare s’est révélée au départ injouable : fausse à l’octave, les cordes trop hautes, le tirant mal adapté… Pas de panique ! Un simple réglage chez un luthier compétent à permis de régler tous ces problèmes. Je me suis dit, par la même occasion, qu’il serait intéressant de monter la tessiture de l’instrument afin de lui donner une couleur plus caractéristique. J’ai donc placé – définitivement – un capodastre sur la 4° case, ce qui lui a permis de remplacer avantageusement ma mandoline, forcément beaucoup plus pauvre en puissance et en médiums. Depuis, j’utilise cette guitare systématiquement en répétition, tant elle convient aux morceaux actuels. Elle a d’ailleurs trouvé son emploi sur pas mal de titres du double album Pavanes, en complément idéal de la Gretch… Conclusion : si vous voulez jouer d’une 12 cordes électrique pour 220 euros, sautez sur ce modèle… en gardant toutefois à l’esprit qu’un réglage en amont chez le luthier sera absolument INDISPENSABLE avant toute prise en main sérieuse !